Les visites de septembre

Un petit aperçu des visites de septembre.

 

palaisrose2.jpg

- Samedi 6 septembre 14h30 : Les Buttes-Chaumont, un parc Second Empire entre progrès et hygiénisme.

Rendez-vous à l’entrée du parc du côté de la Place Armand-Carrel, face à la mairie du XIXème.

- Samedi 13 septembre 15h : Le Vésinet, son histoire et ses villas remarquables (Le Palais Rose, La Hublotière de Guimard, le Wood Cottage).

Rendez-vous à la sortie du RER Le Vésinet-Le Pecq, côté avenue Georges Bizet.

- Samedi 27 septembre, 10h30 : Le mystère Lapérouse, exposition au Musée de la Marine. Rendez-vous devant l’entrée du Musée, place du Trocadéro.  (l’entrée du musée n’est pas comprise dans la visite)

Tarif des visites : 10 euros.

 



Le Palais de justice

Si vous aimez lire les aventures de Nicolas le Floch, le commissaire au Châtelet imaginé par Jean-François Parot, alors cette visite est faite pour vous.

Longtemps centre du pouvoir royal, le Palais de l’Ile de la Cité a peu à peu été dpalaisdejustice.jpgévolu à la seule justice du roi. Au XVIIIème siècle, il est l’égal d’un véritable petit village avec ses boutiques, ses chapelles, ses prisons et son administration. Sa vie est rythmée par de grands événements comme la messe rouge qui annonce la rentrée du Parlement.

Une visite pour mieux comprendre les institutions de l’Ancien Régime et ses conceptions de la justice à la veille de la Révolution.

Rendez-vous le samedi 30 août à 14h30 à la sortie du Métro Cité. Prix : 10 euros

 

 



La Hublotière au Vésinet

Hector Guimard, tout le monde le connaît par ses bouches de métro. C’est même ce qui l’a fait connaître comme le représentant français de l’Art Nouveau dans le monde entier.

Mais Hector Guimard, c’est aussi des hôtels particuliers et des immeubles dont une grande partie est visible dans le XVIème arrondissement de Paris : immeuble Jassédé, Castel Béranger, hôtel Guimard, ensemble de la rue Agar…

Hector Guimard a beaucoup travaillé pour les particuliers, créant notamment des villas comme la Hubliotière, au Vésinet.

Un nom étrange que l’on doit aux soupiraux de la villa, en forme de hublot. Guimard est un tout jeune architecte alors. Il a vingt-neuf ans quand il dessine la Hublotière. L’Art Nouveau apparaît, lentement les courbes s’esquissent. Elles sont un peu rocaille, mais elles sont aussi « coup de fouet ». Guimard vient de rencontrer Victor Horta, l’architecte belge de l’hôtel Tassel, il en est resté subjugué… la Hublotière est son premier hommage à Horta.

hublotiere.jpg

 

 



Les Buttes-Chaumont, le progrès et l’hygiénisme.

Inspiré par son exil anglais, Napoléon III rêve de grands parcs pour compléter les vastes perspectives tracées à Paris par le baron Haussmann.

C’est ainsi que naissent le parc Montsouris, le parc Monceau et le par des Buttes-Chaumont, inauguré en 1867.

Construit de d’anciennes carrièbuttes.jpgres, le parc des Buttes-Chaumont est le plus escarpé de Paris et les maisons des gardiens prennent des allures de chalets suisses. Tant mieux, on en raffole alors : la marche, la gymnastique, la montagne, autant de mots qui séduisent les hygiénistes épris d’air pur.

Mais en 1867, se tient aussi au Champ-de-Mars une grande Exposition universelle. Les Buttes y participent à leur manière avec leurs quatre ponts qui sont autant de prouesses techniques pour épater les visiteurs.

Nous n’oublierons pas d’évoquer au passage ce que les Surréalistes lui doivent et surtout Le Paysan de Paris d’Aragon.

Voilà une promenade agréable pour plonger dans l’atmosphère de la fin du XIXème.

Rendez-vous le 24 août 2008 à 14h30. Entrée du parc des Buttes-Chaumont, place Armand Carrel dans le XIXème arrondissement. Prix : 10 euros.

 

 



moncieltoutbleu |
Mon blog, tout simplement |
chez la louve |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Créa-Nesse
| Entre 16 & 17
| Le SCRAP de Val