Le Palais de justice

Si vous aimez lire les aventures de Nicolas le Floch, le commissaire au Châtelet imaginé par Jean-François Parot, alors cette visite est faite pour vous.

Longtemps centre du pouvoir royal, le Palais de l’Ile de la Cité a peu à peu été dpalaisdejustice.jpgévolu à la seule justice du roi. Au XVIIIème siècle, il est l’égal d’un véritable petit village avec ses boutiques, ses chapelles, ses prisons et son administration. Sa vie est rythmée par de grands événements comme la messe rouge qui annonce la rentrée du Parlement.

Une visite pour mieux comprendre les institutions de l’Ancien Régime et ses conceptions de la justice à la veille de la Révolution.

Rendez-vous le samedi 30 août à 14h30 à la sortie du Métro Cité. Prix : 10 euros

 

 



Les Rohan à Paris au XVIIIème siècle

Qui n’a jamais entendu parler de l’affaire du collier de la reine ? L’importante bibliographie et la filmographie qui l’ont évoquée ont contribué, bien malgré elle, à la célébrité de la famille de Rohan et de son cardinal-collier.

180pxlouisreneedouardderohan.jpeg

 

Cependant, Les Rohan n’ont pas eu besoin de cette affaire pour laisser des traces un peu partout en France : leur famille est l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses de France. « Roi ne puis, prince ne daigne, Rohan suis », telle est leur devise. Ils prétendent même descendre des rois de Bretagne.

A Paris, nous les suivrons dans le Marais du Palais de Soubise à la place des Vosges. Et avant de mener notre enquête dans la fameuse affaire, nous prendrons le temps de faire connaissance avec bien d’autres personnalités hautes en couleur de la famille.

 



Echapper à la fiscalité à Paris au XVIIIème siècle

Alors qu’aujourd’hui certains font le choix de s’installer à Gstaad, il n’était nul besoin d’aller si loin au XVIIIème siècle pour échapper au fisc. En effet, un certain nombre d’enclos faisaient figure de paradis fiscal en plein Paris. Etonnant, non ?

temple.gif

 

L’un d’entre-eux se situait dans le Marais, sur les anciennes terres des Templiers. S’il ne reste que peu de vestiges de l’enclos du Temple aujourd’hui c’était autrefois un lieu bruissant de vie réunissant de nombreux artisans et où s’échangeait, sous le manteau, la littérature censurée à l’extérieur.

Alors, des somptueuses soirées du prince de Conti aux fabricants de tisane, il vous suffira de me suivre pour faire leur connaissance.

 

 



moncieltoutbleu |
Mon blog, tout simplement |
chez la louve |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Créa-Nesse
| Entre 16 & 17
| Le SCRAP de Val