Visites à la cité nationale de l’histoire de l’immigration

Vous n’avez pas encore visité la Cité nationale de l’histoire de l’immigration inaugurée en 2007 ? C’est le bon moment !

Au mois de décembre, les visites guidées pour les individuels sont exceptionnellement offertes avec l’entrée au musée.

Je les animerai les samedis 20 et 27 et les dimanches 21 et 28 décembre à 15h30.

450pxpalaisportedore00.jpg
Cité de l’histoire de l’immigration

Palais de la Porte Dorée

293 avenue Daumesnil

75012 Paris

 

 

 



Villas remarquables du Vésinet

woodcottage2004b.jpg

 

Le Vésinet est une ville-parc créée au milieu du XIXème siècle selon le premier plan d’urbanisme moderne.

La ville, entre lacs et vastes espaces verts, comporte de nombreuses villas qui illustrent la diversité de l’architecture de la fin du XIXème siècle.

 La visite permettra d’admirer la Hublotière de Guimard (exceptionnellement accessible), le Palais Rose (réplique du Grand Trianon) et le Wood Cottage.

Une visite rare !

Rendez-vous à 15h le samedi 13 septembre 2008.  RER ligne A : Le Vésinet – Le Pecq, sortie Georges Bizet.

Tarif : 10 euros



Le Palais de justice

Si vous aimez lire les aventures de Nicolas le Floch, le commissaire au Châtelet imaginé par Jean-François Parot, alors cette visite est faite pour vous.

Longtemps centre du pouvoir royal, le Palais de l’Ile de la Cité a peu à peu été dpalaisdejustice.jpgévolu à la seule justice du roi. Au XVIIIème siècle, il est l’égal d’un véritable petit village avec ses boutiques, ses chapelles, ses prisons et son administration. Sa vie est rythmée par de grands événements comme la messe rouge qui annonce la rentrée du Parlement.

Une visite pour mieux comprendre les institutions de l’Ancien Régime et ses conceptions de la justice à la veille de la Révolution.

Rendez-vous le samedi 30 août à 14h30 à la sortie du Métro Cité. Prix : 10 euros

 

 



Les Buttes-Chaumont, le progrès et l’hygiénisme.

Inspiré par son exil anglais, Napoléon III rêve de grands parcs pour compléter les vastes perspectives tracées à Paris par le baron Haussmann.

C’est ainsi que naissent le parc Montsouris, le parc Monceau et le par des Buttes-Chaumont, inauguré en 1867.

Construit de d’anciennes carrièbuttes.jpgres, le parc des Buttes-Chaumont est le plus escarpé de Paris et les maisons des gardiens prennent des allures de chalets suisses. Tant mieux, on en raffole alors : la marche, la gymnastique, la montagne, autant de mots qui séduisent les hygiénistes épris d’air pur.

Mais en 1867, se tient aussi au Champ-de-Mars une grande Exposition universelle. Les Buttes y participent à leur manière avec leurs quatre ponts qui sont autant de prouesses techniques pour épater les visiteurs.

Nous n’oublierons pas d’évoquer au passage ce que les Surréalistes lui doivent et surtout Le Paysan de Paris d’Aragon.

Voilà une promenade agréable pour plonger dans l’atmosphère de la fin du XIXème.

Rendez-vous le 24 août 2008 à 14h30. Entrée du parc des Buttes-Chaumont, place Armand Carrel dans le XIXème arrondissement. Prix : 10 euros.

 

 



Les Rohan à Paris au XVIIIème siècle

Qui n’a jamais entendu parler de l’affaire du collier de la reine ? L’importante bibliographie et la filmographie qui l’ont évoquée ont contribué, bien malgré elle, à la célébrité de la famille de Rohan et de son cardinal-collier.

180pxlouisreneedouardderohan.jpeg

 

Cependant, Les Rohan n’ont pas eu besoin de cette affaire pour laisser des traces un peu partout en France : leur famille est l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses de France. « Roi ne puis, prince ne daigne, Rohan suis », telle est leur devise. Ils prétendent même descendre des rois de Bretagne.

A Paris, nous les suivrons dans le Marais du Palais de Soubise à la place des Vosges. Et avant de mener notre enquête dans la fameuse affaire, nous prendrons le temps de faire connaissance avec bien d’autres personnalités hautes en couleur de la famille.

 



Echapper à la fiscalité à Paris au XVIIIème siècle

Alors qu’aujourd’hui certains font le choix de s’installer à Gstaad, il n’était nul besoin d’aller si loin au XVIIIème siècle pour échapper au fisc. En effet, un certain nombre d’enclos faisaient figure de paradis fiscal en plein Paris. Etonnant, non ?

temple.gif

 

L’un d’entre-eux se situait dans le Marais, sur les anciennes terres des Templiers. S’il ne reste que peu de vestiges de l’enclos du Temple aujourd’hui c’était autrefois un lieu bruissant de vie réunissant de nombreux artisans et où s’échangeait, sous le manteau, la littérature censurée à l’extérieur.

Alors, des somptueuses soirées du prince de Conti aux fabricants de tisane, il vous suffira de me suivre pour faire leur connaissance.

 

 



moncieltoutbleu |
Mon blog, tout simplement |
chez la louve |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Créa-Nesse
| Entre 16 & 17
| Le SCRAP de Val